Techniques

Il y a quatre types de restauration dans lesquels il est toujours possible de s'adapter en fonction de la pièce et son degré d'altération.

Carousel imageCarousel image

Portrait en émail sur cuivre de Mme de Lamballe. Collection privée.

La restauration "Illusionniste"

Ce type de restauration a pour but de "cacher" les altérations et de redonner à la pièce son aspect d'origine. C'est la technique la plus invasive car elle recouvre une partie de l'oeuvre afin de créer un fondu visuel entre l'oeuvre originelle et la partie restaurée. Cependant les matériaux utilisés pour la réaliser doivent rester réversibles.

Ancienne restauration. Vase "de monstre" (pot à Pharmacie) provenant de l'ancienne apothicairerie de la Rochelle. Musée d'Orbigny Bernon - La Rochelle.

Après restauration muséale ou détourée (photo ensemble et détail)

La restauration muséale ou "détourée"

La technique de restauration muséale est appelée comme cela car c'est la plus demandée par les musées. Elle consiste à réaliser un collage (si besoin) un comblement teinté dans la masse au ton ou un ton en dessous de la couleur de la zone environnant le comblement et enfin de faire une retouche en reprenant les motifs de la pièce. Cette restauration se fait sans empiéter sur la surface originelle de l'oeuvre. Celle-ci reste discrète mais discernable de près afin de garder la trace de l'histoire de l'oeuvre.

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image

Amphore en terre cuite de provenane indéterminée.

La restauration archéologique

Cette pratique est effectuée principalement sur les objets de fouilles terrestres ou marines. Elle consiste en un collage ou une consolidation et un comblement mais que si celui-ci est nécessaire au maintien des tessons ensemble ou pour la reconstitution de la lisibilité d'un objet. Le comblement est fait principalement en plâtre naturel ou teinté dans la masse un ton en dessous de la couleur originelle de l'objet et souvent avec 1 à 2 millimètres de retrait pour bien signifier que le morceau ajouté n'est pas d'origine. Il est limité à la cassure et ne doit pas recouvrir la surface d'origine.

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image

La restauration Japonaise, le Kintsugi

Ce type de restauration est la plus ancienne technique de restauration connue et elle se pratique toujours aujourd'hui dans son pays de naissance, le Japon. Elle devient de plus en plus connue en Occident. C'est une technique qui n'utilise que des matériaux naturels et qui permet, sous certaines conditions, de réutiliser l'objet alimentairement. Les fractures de l'objet sont visibles et même mises en valeur par de l'or. Kintsugi en japonais veut dire "jointures à l'or".