Terre cuite

Venez découvrir les différentes possibilités que peut vous offrir l'atelier pour la restauration de vos terres-cuites archéologiques ou non!

Les terres-cuites sont les plus fragiles de toute les terres car elles sont très poreuses. Elles peuvent être naturelles (non émaillées), polychromées (peintes) ou vernissées (ajout d'une couverte transparente cuite autour de 1000°C). Les terres cuites ne supportent pas de cuisson plus élevée que 1150°C sinon elles peuvent se déformer et fondre dans le four, en raison de leur richesse en "fondants" (alcalis, oxyde de fer...). Ces "terres" sont souvent colorées (grises, verdâtres, brunes ou rouges). Après cuisson, les terres restent poreuses et seules les terres vernisées ont une certaine étanchéité grâce à la glaçure.

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image

Terre cuite non émaillée

Serre-livre représentant un moine bouddhiste en terre cuite légèrement patinée. Restauration illusionniste au mastic acrylique teinté et avec un mélange de peintures polyuréthane et pigment secs.

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image

Terre cuite polychrome

Là encore la terre cuite n'est pas émaillée donc pas étanche. Elle est peinte après cuisson avec des peintures le plus souvent acryliques. Ici, un vase, qui à l'origine avait deux anses, à été peint dans les années 1800 en vue d'en faire cadeau à un mariage. Nous avons les emblèmes de la famille. La restauration pratiquée ici fut surtout un travail de nettoyage et consolidation des écaillements. Certaines lacunes ont été retouchées, de façon non débordantes, sur la surface originale pour un meilleur aspect esthétique.

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image

Terre cuite vernissée (glaçurée)

Comme décrit ci-dessus, la terre cuite est recouverte d'une glaçure qui est cuite, lors d'une deuxième cuisson, soit à la même température, soit à une température plus basse. La glaçure permet l'étanchéité de la pièce. La pièce restaurée ici est un cheval dit de la dynastie Tang. Il a été précédemment collé de façon approximative mais aucun solvant n'est parvenu à le dérestaurer. Un plus gros comblement a donc été effectué afin de remettre à niveau les morceaux juxtaposés. Une retouche aux polyuréthanes à été réalisée avec une superposition de glacis afin de garder l'effet de transparence de la glaçure.